Sélectionner une page

La Guyane, un territoire abandonné par ses propres élus. Insalubrité, loyers extrêmement élevés, prix alimentaires disproportionnés, services publics défaillants, grèves et manifestations à répétition…

 

Covid : Le Premier ministre et deux ministres en Guyane

 

Les élus guyanais avaient rédigé une motion adressée au gouvernement. Comme d’habitude, elle était nulle et non avenue, puisque tout ce qu’ils demandaient était déjà sur place ou en voie de l’être. Plus sérieusement, le Premier ministre et deux ministres sont venus au chevet de la Guyane fortement impactée par la pandémie. Si l’État français n’avait pas, dès le début pris les mesures de la tragédie elle eut sans doute été bien pire tant les élus de Guyane ont laissé au fil des ans la plupart des citoyens s’enfoncer dans une précarité chaque jour plus prégnante.

 Jean Castex, Sebastien Lecornu et Olivier Véran sont donc allés à la rencontre des soignants, mais aussi des autorités locales et ont pris connaissance des moyens sanitaires mis en œuvre.

Ils ont également apporté du matériel supplémentaire (masques, tests, respirateurs) et annoncé entre 250 et 300 personnels supplémentaires, essentiellement des soignants.

Cela s’ajoute aux 3,3 millions d’euros distribués sur le terrain. environ 38 000 personnes ont bénéficié de l’aide d’urgence en Guyane depuis le début de la crise sanitaire. Cette aide s’est traduite notamment par la distribution de 600 000 chèques services (dans l’alimentaire et l’hygiène), soit sous forme de colis alimentaires, soit directement aux bénéficiaires et des subventions exceptionnelles aux associations caritatives.

Dans une interview (exclusive) accordée à France Guyane, le Premier ministre a déclaré : « Ma présence ici, quelques jours après ma nomination en tant que Premier ministre, n’est pas un hasard. Je suis venu avec le ministre des Outremers Sébastien Lecornu et celui des Solidarités et de la Santé Olivier Véran pour porter un message clair : je suis à vos côtés dans la crise que nous vivons ensemble, crise particulièrement aiguë ici. Je souhaite dire aux Guyanais : soyez assurés de la solidarité nationale et de la pleine mobilisation de l’État, de la mienne, de celle de l’ensemble de mon gouvernement et bien entendu de celle du Président de la République ». A la question « Pourquoi la Guyane a-t-elle aujourd’hui ce sentiment d’avoir été oubliée dans cette crise ? Qu’une fois de plus, sa gestion va se faire dans l’urgence ? », Jean Castex a répondu : « J’entends le ressenti de certains Guyanais. Cette crise qui dure, l’isolement qu’elle provoque et qu’elle a d’ailleurs provoqué partout en France et dans le monde, peuvent en partie l’expliquer. Mais je veux rappeler une fois encore les moyens importants mobilisés pour gérer la crise en Guyane depuis de nombreuses semaines. Ce sont 200 personnels soignants qui ont été mobilisés et même 22 supplémentaires qui sont arrivés cette semaine. Ma présence, avec le ministre des Outremers et le ministre des Solidarités et de la Santé, marque justement le fait que la République est unie et solidaire et qu’elle n’abandonne en aucun cas la Guyane ».

Des annonces devront être faites, mais sans doute lundi ou mardi. Si le Premier ministre est retourné à Paris « Je suis venu exprimer notre solidarité et le total engagement de la République », les deux ministres (Outremer et Santé) sont restés sur place.

 

Lire l’intégralité de l’interview du Premier ministre Jean Castex sur France Guyane (accès libre)