Le président du Brésil Jair Bolsonaro effectuera une visite aux États-Unis au mois de mars ont annoncé les deux diplomaties.

Actuellement, le président brésilien en soins semi-intensifs suite à une opération des intestins qui a entraîné des complications.

Jair Bolsonaro est hospitalisé à São Paulo depuis plusieurs jours. Il aurait de la fièvre et souffrirait d’une pneumonie. Le chef de l’État âgé de 63 ans se trouvait toujours en unité de soins semi-intensifs à l’hôpital Albert Einstein de Sao Paulo (sud-est), après la fermeture d’une poche de colostomie. Celle-ci avait été posée à la suite de l’attaque qui avait failli lui coûter la vie en septembre dernier. Ses fils alimentent également les réseaux sociaux de nouvelles positives sur l’évolution de l’état de santé de leur père.

Jair Bolsonaro devait à l’origine quitter l’hôpital cette semaine. Mais il n’a toujours pas recommencé à s’alimenter normalement et est nourri par intraveineuse. Ses visites sont restreintes.

Ila été opéré il y a une dizaine de jours. Cette opération est la troisième. Elle avait pour but de permettre le rétablissement de la continuité intestinale pour l’évacuation des selles par la voie naturelle. Elle avait duré sept heures au lieu de trois à quatre heures, en raison de nombreuses adhérences intestinales.

La date exacte de la visite aux USA n’est pas encore fixée. « Nous avons presque décidé une date au début de la seconde moitié de mars. Cela devrait être annoncé officiellement très bientôt », a déclaré lors d’une conférence de presse le chef de la diplomatie brésilienne, Ernesto Araujo.

Trump avait chaleureusement félicité le président d’extrême droite. Bolsonaro n’avait pas, durant sa campagne, caché son admiration pour Donald Trump.

« Je suis un admirateur du président Trump. Il veut de grands Etats-Unis. Je veux un grand Brésil », avait déclaré M. Bolsonaro après avoir remporté le premier tour de l’élection présidentielle. A la suite de son entrée en fonction, M. Trump l’avait félicité en saluant sur Twitter un « grand » discours d’investiture

Ce rapprochement avec les États-Unis devait se concrétiser notamment par une base américaine sur le territoire de l’Union, mais les militaires ne l’ont pas entendu de cette oreille et J. Bolsonaro avant dû faire machine arrière. La méfiance brésilienne envers les USA ne date pas d’hier et est toujours solidement ancrée aussi bien à droite qu’à gauche.