Bolsonaro prépare un projet d’exploitation des richesses minérales des terres indigènes…

Il veut exploiter l’Amazonie avec… Trump et revoir les limites des terres autochtones !

Tuto sur la balise meta description

Alors que la forêt amazonienne brûle, Jair Bolsonaro travaille sur la préparation d’un projet de loi visant à exploiter les ressources en eau, le potentiel énergétique, la recherche et l’exploitation minière sur les terres autochtones.

Après la propagation des incendies de forêt amazonienne, provoquant la plus grande crise environnementale de ces dernières années, le gouvernement Jair Bolsonaro monte un projet de loi visant à réglementer l’utilisation des ressources en eau, le potentiel énergétique, la recherche et l’exploitation de la richesse minière sur des terres autochtones.

Le projet marquera la manière dont ces ressources seront exploitées et devrait être présenté avant la fin de l’année au Congrès national.

Bolsonaro a déclaré dans une interview avoir proposé à Donald Trump un partenariat pour l’exploration de la région amazonienne, en promettant de revoir la démarcation des terres autochtones !

À cette fin, le gouvernement veut aller vite : Création d’un groupe de travail pour discuter des termes et de la préparation du texte, comprenant des membres de la Présidence de la République, de l’Office de la sécurité des institutions, de la Maison civile et des Ministères de l’Environnement, des Mines et de l’Énergie et de la Justice…

La demande prioritaire du groupe est de présenter le projet de loi le plus rapidement possible.

Lors d’une réunion avec les gouverneurs des États faisant partie de l’Amazonie, le président Bolsonaro a défendu un changement des critères de démarcation des terres et a qualifié d’irresponsables les politiques indigènes des gouvernements précédents.

Les déclarations du président ont provoqué le rejet de la communauté autochtone. Dans une déclaration, le Conseil des missionnaires indiens a déclaré que le président mentait et contrevenait à la Constitution. Pour le Conseil, l’article 231 de la Constitution garantit aux Amérindiens le droit de disposer de terres délimitées et protégées où ils peuvent vivre dignement avec leurs coutumes, leurs croyances et leurs traditions.

Interrogé sur les progrès du groupe de travail, son objectif final et la date de clôture, la Casa Civil a déclaré que « les prévisions d’achèvement, selon les techniciens, sont de 30 jours ».