Le ministre climatosceptique de l’Environnement rencontre le groupe américain de défense du climat avant le sommet de l’ONU et celui des Affaires étrangères… Steve Bannon

 

 

Le ministre brésilien de l’Environnement, Ricardo Salles, rencontrera un groupe de défense américain de droite qui nie le changement climatique, quatre jours seulement avant le Sommet des Nations Unies sur les actions pour le climat.

Salles rencontrera des représentants du Competitive Enterprise Institute (CEI) au siège de la US Environmental Protection Agency le 19 septembre, a révélé le journal brésilien Folha de São Paulo.

Les écologistes ont immédiatement condamné cette réunion, affirmant que le gouvernement du président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, ne s’était pas engagé à lutter contre la crise climatique.

La nouvelle de cette réunion a été annoncée un jour après que le ministre des Affaires étrangères du Brésil ait mis en doute les preuves scientifiques du réchauffement de la planète dans un discours alambiqué prononcé à Washington. S’adressant à la Heritage Foundation, Ernesto Araújo a déclaré : « Il n’y a pas de catastrophe climatique » et a décrit les efforts de la lutte contre le changement climatique comme un complot visant à détruire la souveraineté nationale.

Le Brésil redouble d’efforts pour convaincre le monde que l’Amazonie est entre de bonnes mains malgré la déforestation croissante et la flambée des incendies saisonniers qui ont provoqué une crise internationale.

Bolsonaro doit s’adresser à l’assemblée générale des Nations unies le 24 septembre.

« C’est un gouvernement qui s’efforce de nier les problèmes, de ne pas les affronter », a déclaré pour sa part Marcio Astrini, directeur des politiques publiques à Greenpeace Brésil.

« Les changements climatiques ne mettent pas en danger la survie de la civilisation ni l’habitabilité de la planète. Les solutions dites climatiques sont des prises de pouvoir bureaucratiques et des régimes de bien-être d’entreprise ne présentant aucun avantage détectable lié au climat », lit-on dans un article de juin dernier sur le site de CEI.

Avant la prise de fonctions de R. Salles en décembre, un juge de São Paulo a constaté qu’il avait modifié les plans d’une zone protégée afin de favoriser les entreprises tout en étant secrétaire d’État à l’environnement.

En juillet, il a déclaré que le Brésil n’était pas loin de « zéro déforestation illégale ».

Mais l’Institut brésilien de recherches spatiales a calculé une augmentation de 278 % de la déforestation en juillet. Le directeur de l’institut a été limogé après que le président Bolsonaro ait qualifié les données de mensonges ! Ses données ont montré plus de 30 000 incendies en Amazonie en août, le plus haut niveau depuis 2010.

Le ministre brésilien des Affaires étrangères a également rencontré Steve Bannon mercredi soir.

La réunion ne figurait pas à l’ordre du jour d’Ernesto Araújo précédemment communiqué par Itamaraty (Ministère).

L’un des points à l’ordre du jour de la conversation des diplomates brésiliens avec l’Américain était le discours du président Jair Bolsonaro le 24, à New York, à l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le discours prononcé par Bolsonaro sera donc largement inspiré par Bannon et l’extrême droite américaine…


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344