De plus en plus de crimes contre les Amérindiens

« Pour les intégrer, il faut les déterritorialiser » !

 

Le même jour où le président Jair Bolsonaro a critiqué l’étendue de la démarcation des terres autochtones, lors de sa première intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le Conseil des missionnaires autochtones (Cimi) a indiqué qu’avait été multiplié par deux depuis le début de l’ère Bolsonaro, le nombre de zones indigènes envahies au Brésil. Au cours des neuf premiers mois de 2019, 153 zones ont été envahies dans 19 États, tandis qu’en 2018, des invasions ont eu lieu dans 76 terres autochtones dans 13 États, selon le rapport Violence Against Indigern Peoples du Brésil.

L’organisation, liée à la CNBB (Conférence nationale des évêques du Brésil) de l’Église catholique, considère que les données de cette année sont « partielles et provisoires ».

Dans son évaluation, le discours des autorités contre la démarcation des terres autochtones (une marque forte du président Bolsonaro depuis sa campagne électorale) a malheureusement donné un coup de fouet dévastateur aux invasions de ces zones traditionnelles amérindiennes, en particulier dans la région amazonienne. L’année dernière, 109 cas d’invasion, d’exploitation illégale de ressources et de dommages au patrimoine ont été enregistrés sur 74 terres autochtones.

Bolsonaro est le premier président à déclarer ouvertement qu’il ne reprendrait pas la démarcation

« La principale motivation des invasions est de rendre ces terres exploitables, entre autres, par les agro-industries, les industries extractives et l’exploitation forestière. Et pour atteindre cet objectif, de nombreuses violations des droits et des types de violence ont été commises », explique le rapport qui souligne que les peuples autochtones du Brésil sont confrontés à une forte augmentation de l’accaparement des terres, du vol de bois, de l’extraction de l’or, des invasions et même de la subdivision des terres sur leurs territoires traditionnels. En 2018, 135 cas de meurtres contre des autochtones ont été enregistrés, soit 25 de plus qu’en 2017…

« Je tiens à préciser que le Brésil n’augmentera pas à 20 % sa superficie déjà délimitée en tant que terre autochtone, comme le voudraient certains chefs d’État », a déclaré Bolsonaro à la communauté internationale. En 1988, la Constitution brésilienne stipulait que les territoires des peuples autochtones du Brésil devaient être délimités par l’Union dans un cadre législatif très précis. Cette règle n’est plus appliquée.

Bolsonaro est le premier président à déclarer ouvertement qu’il ne reprendrait pas la démarcation. Et ceci dans un contexte où 63 % des 1290 terres indigènes brésiliennes attendent toujours du gouvernement la reconnaissance de leurs droits fonciers !

Selon Roberto Liebott, coordinateur du CIMI et l’un des rédacteurs du rapport, les chiffres montrent une croissance vertigineuse des invasions des territoires autochtones au Brésil. Pour le représentant du CIMI, les incendies sont emblématiques de la situation dans laquelle vivent les autochtones. Dans son évaluation, il existe une perspective intégrationniste, une idée en vogue dans les années 70. « Pour intégrer les Indiens, il est nécessaire de les déterritorialiser, comme ce fut le cas à Rio Grande do Sul et à Mato Grosso do Sul », a-t-il déclaré.

L’archevêque de Porto Velho (RO), Roque Paloschi, président de Cimi, a déclaré que la violence contre les peuples autochtones est devenue un crime institutionnalisé. Il a souligné qu’il s’agissait d’une réalité nationale, enregistrée du nord au sud et d’est en ouest. « L’agressivité des autorités politiques alimente l’augmentation de la violence à l’encontre des peuples autochtones », a-t-il conclu.

 Pour les lusophones, le rapport complet du CIMI est consultable ICI (PDF)


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344