Plusieurs élections importantes en Amérique du Sud

 

Les Uruguayens ont voté pour le premier tour de la présidentielle, pour des législatives et ont aussi répondu à un référendum sur une réforme de la Constitution. El Observador se félicite de ce processus électoral, qui souligne « la force des institutions uruguayennes », « à un moment où la région est dominée par l’instabilité politique et des problèmes de gouvernance ». Finalement, le candidat de gauche Daniel Martinez (l’ex-maire de Montevideo) est arrivé en tête dimanche à l’élection présidentielle en Uruguay, mais devra disputer un second tour face au candidat de centre droit Luis Lacalle Pou.

Le scrutin dans ce petit pays de 3,4 millions d’habitants avait lieu en même temps que des élections chez son imposant voisin, l’Argentine et ses 44,5 millions d’habitants.

Dans ce dernier pays, c’est   Alberto Fernandez, un technocrate peu charismatique qui vient d’être élu président avec 48 % des voix. C’est un péroniste. C’est aussi le retour par la petite porte de la populiste Cristina Fernandez de Kirchner, ex-première dame et ancienne présidente qui devient vice-présidente.

« Les commentateurs s’entendent pour dire que Cristina Fernandez de Kirchner a eu un coup de génie en proposant de faire d’Alberto Fernandez « son » candidat à la présidence. Dans un pays en pleine débâcle économique, « il fera les compromis nécessaires, elle donnera les messages progressistes », résume Victor Armony, directeur du Laboratoire interdisciplinaire d’études latino-américaines de l’UQAM », souligne l’éditorialiste Agnès Gruda dans La Presse (Canada).

En Colombie, la capitale Bogotá élit pour la première fois une femme, dite « incorruptible ». Claudia López a été élue maire de la capitale colombienne, dimanche 27 octobre. Une victoire inédite à plusieurs titres : issue du parti écologiste, qualifiée d’incorruptible, c’est aussi la première femme à décrocher ce mandat. Elle affiche aussi sans complexe son homosexualité. Cette fille d’institutrice a décroché la mairie de la capitale avec une courte avance, 35,2 % des voix, contre son concurrent Carlos Fernando Galán – candidat sans étiquette crédité de 32,5 % des suffrages.

Le triomphe retentissant de cette femme lesbienne d’origine modeste est indéniablement symbolique dans un pays qui fait la part belle aux élites politiques, qui n’a jamais eu de présidente et où les femmes ne représentent en moyenne que 15 % des élus. “Je suis consciente de bénéficier des luttes et du travail mis en œuvre par de nombreuses générations, de nombreuses femmes qui ont défendu non seulement leurs sœurs, non seulement leurs enfants, mais aussi la société dans son ensemble”, a-t-elle déclaré dans son discours, rapporte El Paìs (Madrid).

« Aujourd’hui, Bogotá a élu pour la première fois la fille d’une famille qui lui ressemble, une fille issue des familles qui s’échinent et qui, avec amour et ténacité, surmontent quotidiennement l’adversité. Des familles qui s’en sortent en travaillant dur, en essayant de toujours bien faire et en espérant que leur travail, leurs rêves et leurs impôts ne seront pas anéantis par la corruption, la violence et les injustices », a déclaré la nouvelle maire.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344