Brésil

« C’est quoi cette saloperie qu’on appelle Greenpeace ? »

Et un militaire de plus au gouvernement…

Bolsonaro toujours au top !

 

« C’est quoi cette saloperie qu’on appelle Greenpeace ? », s’est énervé le président brésilien, avant de qualifier l’ONG de déchet !

Le président brésilien répondait à une question sur la refonte du Conseil de l’Amazonie. Cette agence, fondée en 1995 pour coordonner les politiques du gouvernement liées aux territoires abritant la forêt amazonienne, ne fonctionnait plus de fait depuis des années. Le gouvernement Bolsonaro a décidé de le réactiver par décret, en le plaçant sous la tutelle du vice-président, avec la participation de 14 ministères. Mais il a exclu les gouverneurs des États concernés, suscitant de nombreuses critiques.

« Ce conseil n’a pas de plan, d’objectif ou de budget. Il ne va pas annuler la politique anti-environnementale du gouvernement et n’a pas pour but de lutter contre la déforestation », avait affirmé Greenpeace dans un communiqué.

En 2019, première année de mandat de Jair Bolsonaro, la déforestation au Brésil a augmenté de 85 % par rapport à 2018. La recrudescence des feux de forêt, notamment en août et septembre, a provoqué une forte émotion internationale, mais le président brésilien a considéré les critiques comme des menaces à la souveraineté du Brésil sur l’Amazonie.

La semaine qui s’achève n’aura pas démérité au sujet des frasques et positions dramatiques de Bolsonaro et de ses fils (voir un milicien réduit au silence sur ce site).

Après plusieurs jours de rumeurs et de spéculations, il a confirmé certains changements dans son cabinet et a nommé jeudi (13/02) le général Walter Braga Netto, actuel chef d’état-major de l’armée, comme nouveau ministre de la Présidence (chef de la Casa civile, sorte de secrétaire général du Palais). Il remplacera Onyx Lorenzoni, qui reprendra le portefeuille Citoyenneté.

Bolsonaro, capitaine de l’armée de réserve, renforce avec cette nomination l’aile militaire de son cabinet, où un tiers de ses membres ont des origines militaires, tout en réduisant le pouvoir de Lorenzoni, qui était l’un des hommes forts du gouvernement.

Walter Souza Braga Netto est un sexagénaire de Belo Horizonte, général d’armée de l’armée brésilienne. Il fut l’un des responsables du programme de sécurité aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, en tant que coordinateur général. Il a été commandant militaire de l’Est et chef d’état-major de l’armée. Netto se dit volontiers être un combattant contre le crime et il est connu pour son travail dans les domaines du renseignement et de la sécurité. En plus d’agir à Rio, il a rejoint l’action des forces armées dans la crise sécuritaire à Espírito Santo, en février 2017. À l’époque, un renforcement de la présence de l’armée a été effectué dans les municipalités de l’État en raison de l’augmentation de la violence.