Sélectionner une page

Mexique : Vives protestations après le meurtre d’une fillette de 7 ans

Torturée à mort, elle avait disparu le 11 février. Son corps a été retrouvé dimanche dans la banlieue sud de Mexico

Après six jours de disparition, le corps de Fatima Cecilia Aldriguett Antón a été retrouvé ce week-end dans des sacs à ordures. Il portait de nombreuses traces de torture. L’affaire est devenue le plus récent symbole de l’indignation d’un pays qui bat quotidiennement des records tragiques en termes de violences. En moyenne, 10 femmes sont assassinées chaque jour au Mexique et il y a en tout plus de 90 homicides quotidiens. 

Le président Andrés Manuel López Obrador a attribué l’événement à la moralité individualiste et à la pensée conservatrice, une réponse qui a accru la colère dans ce pays qui connaît une situation extrême.

 

Ce mardi (18/02), des femmes ont manifesté devant la présidence. Vêtues de noir, les manifestantes ont exigé de mettre un terme à l’impunité dont bénéficient les criminels au Mexique. Elles ont exigé des réponses et des actes précis de la part du gouvernement aux cris de « ils violent des femmes, ils protègent les monuments ! (…) Monsieur, madame, ne soyez pas indifférents, les femmes sont tuées au grand jour ! (…) les féminicides sont des crimes d’État ».

Lors d’une conférence de presse AMLO (c’est le surnom du président Andrés Manuel López Obrador) a déclaré : « Nous nous attaquons aux causes et nous pensons qu’il faut une société plus juste, plus égalitaire, fraternelle, avec des valeurs, où l’individualisme n’est pas ce qui prévaut, mais l’amour du prochain « . Des propos passe-partout qui n’ont fait que raviver la colère des citoyens mexicains. Il s’est toutefois déclaré favorable à la création d’un parquet spécialisé dans les féminicides.

La fillette avait été vue vivante pour la dernière fois en sortant de l’école. Le 11 février, sa famille a signalé sa disparition. Le cas de Fátima est loin d’être exceptionnel ces dernières années souligne le quotidien El Paìs, en 2018, 3752 femmes sont décédées assassinées, selon les dernières données officielles, en plus de 1463 mineurs, selon les chiffres du Réseau pour les droits de l’enfant (REDIM). « Fatima n’a pas été tuée par le néolibéralisme », répondent de nombreux utilisateurs de Twitter à López Obrador.