Coronavirus : l’extrême pauvreté pourrait augmenter de 35 % en Amérique latine.

 

Il s’agit d’une estimation de l’ONU, qui a mis en garde contre les conséquences de la pandémie sur le tourisme.

La Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a averti que la pandémie mondiale de coronavirus pourrait faire augmenter de 35 % le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté sur le sous-continent. Le coronavirus, a averti la secrétaire exécutive Alicia Bárcena, aura des effets intenses et différents de ceux rencontrés pendant la crise financière, notamment en raison de son impact brutal sur le tourisme, qui pourrait se contracter jusqu’à 25 %.

L’effet domino se poursuivrait avec une baisse du pouvoir d’achat, une baisse des exportations et une rupture de la chaîne d’approvisionnement, conduisant à la destruction des investissements étrangers. Ce processus aura des conséquences dévastatrices pour la population du continent, où le nombre de personnes défavorisées passerait de 185 millions aujourd’hui à environ 220 millions, sur un total de 620 millions d’habitants et, pire encore, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté il passerait de 67,4 millions à 90 millions.

« Nous devons tout repenser, l’ensemble de l’économie. Nous avons besoin d’une nouvelle vision pour nous concentrer sur la manière de faire face à ce scénario très difficile qui nous attend », a ajouté Mme Bárcena. Le secrétariat exécutif de la CEPALC a indiqué que les gouvernements prenaient des mesures sanitaires pour réduire la contagion et l’endiguement social en faveur des groupes les plus vulnérables pour tenter de contrer les effets économiques négatifs de la pandémie. « Ils prennent également des mesures économiques, fiscales et monétaires qui impliquent une augmentation des dépenses sociales, une baisse des taux, une intervention sur les marchés des devises », mais la situation est critique.

Au Brésil et au Venezuela, il est inutile d’espérer à une amélioration du sort des pauvres grâce à des mesures sociales…