Sélectionner une page

Mexique : déconfinement, mais le virus continue de faire des ravages

Pendant ce temps : accueil en fanfare pour le premier camion de bière !

Privés de leur précieux breuvage en raison de la suspension de plusieurs activités économiques, les habitants d’une ville du Mexique ont réservé un accueil en musique, avec la troupe locale des mariachis, à la première livraison de bière depuis des semaines. Et la marque de bière est… la Corona !

La capitale de l’État de Coahuila, Saltillo, dans le nord-est du Mexique, était privée de bière depuis des semaines, faute de livraison en période de pandémie et de confinement partiel. L’arrivée du premier camion de bière a été « un événement largement célébré », raconte Vanguardia. De longues files d’attente se sont formées devant les débits de boissons, mais la fête a véritablement battu son plein grâce aux Mariachis, ces musiciens traditionnels et populaires du Mexique.

Toutefois, de nombreux témoins regrettent que ni les gestes barrières ni la distanciation physique n’ont été respectées.

Plus sérieusement, le déconfinement a commencé au Mexique, alors que l’épidémie continue de progresser. Pour Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO), la pandémie serait « domptée et les mesures de distanciation sociale ont permis de réduire son impact de 74 % ». Une déclaration surprenante quand on sait que la pandémie fait des ravages au Mexique comme dans quasiment toute l’Amérique latine.. En effet, le nombre de malades augmente fortement depuis une quinzaine de jours : 170 000 cas de contamination, 18 400 morts, dont 500 lors de la seule journée du 25 mai, et près de 7000 décès supplémentaires en une semaine. Ces chiffres sont une évaluation et pourraient être encore en deçà de la réalité, comme au Brésil ou en Argentine.

À Mexico, qui à elle seule compte 70 % des cas dans le pays, le système de santé est au tapis. Il n’y a plus de lits, trop de respirateurs et surtout de médecins disponibles. Beaucoup de ceux-ci comme les autres personnels soignants sont malades.

Dans la décision de débuter le déconfinement, a fortement pesé la pression des États-Unis. En effet dans sa relance de l’économie, Trump a besoin du Mexique où de nombreuses activités sont sous-traitées.

 

En 2011, le mariachi, musique à cordes, chant et trompette a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.