Sélectionner une page

Mexique : un juge fédéral criblé de balles à son domicile

Le juge fédéral Uriel Villegas Ortiz a été assassiné à son domicile. Il s’occupait d’affaires sensibles liées aux trafics de drogue et de carburant. Il avait également plusieurs dossiers concernant le blanchiment d’argent en cours. Il enquêtait surtout le cartel Jalisco Nueva Generacion, le plus puissant du Mexique. « Il est mort en faisant son travail », a déclaré la ministre de l’Intérieur (et ancienne juge), Olga Sanchez Cordero. L’épouse de Villegas Ortiz a également été tuée.

Le président Lopez Obrador a condamné un crime « atroce » et promis que les coupables seraient sévèrement punis dans un pays où moins d’un délit sur dix est résolu. L’horreur de cet assassinat, orchestré certainement par le crime organisé, qui défie ainsi ouvertement les autorités, a effaré le Mexique. Le chef de l’État a affirmé qu’il ne se laisserait pas intimider par la violence, ajoutant que la sécurité serait renforcée autour des fonctionnaires de la justice. 

Le juge Ortiz, lui, avait renoncé à sa protection depuis quelques semaines.

Le meurtre du juge et de sa femme est survenu deux semaines après la découverte du corps du législateur de Colima, Francis Anel Bueno Sánchez, dans une tombe cachée. Colima, un petit État de la côte du Pacifique, a le taux de meurtre par habitant le plus élevé du Mexique. Ces dernières années, des gangs de drogue rivaux ont mené une guerre sanglante pour le contrôle de l’État, qui abrite le plus grand port du Mexique, Manzanillo, par lequel de grandes quantités de drogues, en provenance d’Asie, entrent dans le pays.