Sélectionner une page

Décédé à l’hôpital de la Covid, sa famille se voit réclamer… 170 000 R$ (30 000 €) !

La famille d’un commerçant de 38 ans décédé du fait de la Covid-19, à São Paulo, a reçu une facture d’environ 170 000 R$ (30 000 €) de l’hôpital, en raison d’une hospitalisation de sept jours. Pour échapper aux files d’attente des hôpitaux publics brésiliens, Fábio Cardoso Thomé dos Santos, essoufflé depuis plusieurs jours, avait décidé de se rendre dans un hôpital privé de São Paulo pour vérifier son état de santé, croyant qu’il ne serait soumis qu’à un test. Cependant, lorsqu’ils l’ont vu, les médecins ont réalisé qu’il s’agissait de la Covid-19. Le commerçant a été immédiatement hospitalisé et est resté sept jours, avant de décéder.

Lorsque la pandémie est arrivée à São Paulo, Fábio dos Santos a repris l’entreprise familiale, une verrerie fondée par ses parents. Pour les conserver, il est resté le seul à se rendre sur place et il a également assumé d’autres tâches, comme faire des courses au supermarché.

Plusieurs jours après l’issue fatale, la famille de Fábio a reçu la facture de l’hôpital Santa Cruz , au centre-ville. Ils ont cru à une erreur. Le montant à payer était de près de 170 000 reais (plus de 30 000 euros !)

Au journal brésilien Écopa, la sœur de la victime admet que l’hôpital a interrogé la famille, lorsque l’état de Fábio a empiré, sur un éventuel transfert vers un hôpital public. Cependant, avec un système de santé complètement encombré, les membres de la famille ont fini par souhaiter rester dans le privé, pensant qu’il pourrait être sauvé. Ce qu’ils n’ont jamais pensé, c’est que Fábio mourrait et que la facture atteindrait un montant astronomique. L’hôpital, contacté par Época, a déclaré qu’il est disponible pour négocier le montant ».

«Nous n’avons que 2 000 reais. Nous n’avons aucune solution », explique la sœur de Fábio. «Nous savions que tout était bloqué (sur le réseau des établissements publics). Nous avons cherché un hôpital privé, mais nous n’avons jamais envisagé de soins intensifs. Je pensais que ce serait quelques heures là-bas. Il était jeune et en bonne santé », déplore-t-elle.

Entre-temps, une campagne de financement a été créée pour aider la famille. À ce jour, 43 000 reais ont été collectés, soit environ 7 000 euros.