Sélectionner une page

Mexique: Le bilan du tremblement de terre s’alourdit

Le bilan du tremblement de terre d’une magnitude de 7,4 qui a frappé mardi le sud du Mexique, sur la côte Pacifique, est maintenant de 10 morts ont annoncé le Conseil d’évaluation des dommages d’Oaxaca. La zone autour de la plage de Huatulco, dans l’État d’Oaxaca, a été la plus touchée, mais le séisme a été ressenti à plusieurs centaines de kilomètres de son épicentre, jusque dans la capitale, Mexico.

Les habitants ont commencé mercredi et jeudi à mesurer l’ampleur des dégâts et à désencombrer les zones sinistrées. Des centres scolaires ainsi que des sites historiques, dont quatre sites archéologiques, ont subi des dégâts, selon un communiqué publié par le gouvernement de l’État d’Oaxaca. Le gouverneur d’Oaxaca, Alexander Murat, a confirmé qu’il avait officiellement demandé la déclaration d’urgence absolue pour environ 50 municipalités.

Selon les rapports du Service national de sismologie, 447 répliques ont été signalées. La réplique avec la magnitude la plus intense était de 4,7 laissant craindre un tsunami. En effet, la Protection civile a indiqué que le secrétairiat à la Marine (Semar) avait publié trois bulletins d’alerte aux tsunamis, précisant que « Des variations anormales du niveau de la mer allant jusqu’à 113 centimètres au-dessus du niveau des marées sont attendues dans la région ».

Hôpitaux évacués en catastrophe

Le Mexique est fortement touché par la pandémie de coronavirus et les hôpitaux sont bondés. Plusieurs d’entre eux ont dû être évacués en urgence. 793 décès à cause de la Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures (jeudi 25/06). Le Mexique compte officiellement 200 000 cas positifs et 24 500 décès (vendredi minuit, heure de Paris). Les estimations les plus récentes du ministère de la Santé sur l’impact du nouveau coronavirus au Mexique indiquent que les décès pourraient atteindre 30 000 personnes d’ici vendredi soir (26/06). Les trois premiers cas de contagion au Mexique ont été enregistrés le 28 février, obligeant les autorités à cesser les activités non essentielles à partir du 24 mars.