Les nazis voulaient créer une colonie en Amazonie dans les années 1930…

C’est un épisode méconnu du Nord du Brésil. Plus précisément de l’État de l’Amapá. On peut encore voir un petit cimetière et surtout un monument étrange, de près de trois mètres de haut, flanqué d’une… croix gammée. Cet objet est visible depuis le fleuve, seule voie d’accès à cet endroit en pleine jungle. Le cimetière et ce monument incongrus sont les vestiges d’une expédition de l’Allemagne nazie dans la forêt amazonienne dans les années 1930. On peut encore lire en allemand sur le monument cette inscription : « Joseph Greiner est mort ici de la fièvre jaune le 2 janvier 1936 au service de la recherche allemande ». Selon les historiens, Greiner faisait partie de la délégation allemande qui, pendant près de deux années, travailla en Amazonie à l’établissement d’une colonie nazie qui, petit à petit se serait étendue aux trois Guyanes (le Guyana, le Suriname et la Guyane actuels). Ces nouveaux conquistadors étaient accompagnés de scientifiques chargés d’étudier la faune et la flore locales. Ces colons se seraient même alliés avec une tribu amérindienne (les Aparais).

Le cimetière aurait continué à être utilisé par les Amérindiens longtemps après la disparition des Allemands.

Le site est sur le Rio Jari, au sud de l’État de l’Amapá frontalier avec la Guyane française.

Selon les travaux de l’historien Edivaldo Nunes de l’UFA (Universidade Federal do Amapá) l’expédition se déroula sous l’égide de Hermann Göering. Elle débarqua au Brésil à l’été 1935, à Belém. Les Allemands prétendaient être en mission spéciale du gouvernement du Reich, ayant l’intention d’étudier la géographie, la faune et les peuples de la région Amazone. Les journaux de Rio de Janeiro ont rapporté l’arrivée des Allemands avec beaucoup de réserves, contestant le fait que les objectifs étaient pacifiques. Peu de gens croyaient que ces jeunes aviateurs très gradés pouvaient venir au Brésil à seules fins scientifiques. Toutefois, le chef officiel de l’expédition, Otto Schulz-Kampfhenkel, se rendit dans la capitale (Rio de Janeiro) et demanda une autorisation spéciale au gouvernement brésilien dirigé à l’époque par Getúlio Vargas. On ne sait pas dans quelle mesure Vargas aida les Allemands et s’il avait vraiment cru à une expédition pacifique.

L’endroit exact des restes de cette expédition est à proximité de la cascade de Santo Antônio, qui abrite aujourd’hui la centrale hydroélectrique éponyme.

 

Une colonie raciale au Paraguay: Nueva Germania

Il n’y a pas qu’au Brésil que les Allemands (avant, pendant et après la période nazie ont fondé des colonies). Notamment en Argentine et au Paraguay. En ce qui concerne ce dernier pays, Éric Gernez (@eric_gernez), un Français installé au Suriname, et @ArgenMedved (ArgenMedved) un Franco-Argentin, me signalent un article très intéressant écrit par Émilie Himeur sur le site Impact : Nueva Germania, les derniers Aryens du Paraguay. Il s’agissait du projet d’une colonie raciale. ArgenMedved précise qu’il y a toujours une radio en allemand à Fernheim (Filadelfia) pour toutes les colonies allemandes au Paraguay, en Argentine et au Brésil: Radio ZP30

« Le village allemand qui subsiste aujourd’hui au cœur de ce pays enclavé d’Amérique du Sud n’est que le vestige d’un projet à l’utopie raciste entrepris à la fin du XIXe siècle par un couple d’antisémites notoires : Elizabeth Förster-Nietzsche, sœur du célèbre philosophe Friedrich Nietzsche, et son époux Bernhard Förster… »

Intéressant et utile dans la compréhension du livre d’Olivier Guez, La disparition de Josef Mengele, note très justement un lecteur.

Lire l’article sur IMPACT.