USA : Un Noir à la tête d’une association néo-nazie

 

James Hart Stern, un activiste noir âgé de 54 ans, est le nouveau président du Mouvement national socialiste (NSM), l’un des plus importants groupes antisémites et racistes aux États-Unis.

Et, apparemment, il a déjà un objectif clair : détruire ce groupe.

Le Southern Poverty Law Center (SPLC), une ONG qui surveille les mouvements suprémacistes, a confirmé à BBC News Mundo, le service espagnol de la BBC, que James Stern a remplacé en janvier 2019 le néo-nazi Jeff Schoep qui défend un pays « uniquement blanc » en tant que président de NSM.

On ne sait pas exactement comment le militant est arrivé à la direction de l’organisation, désignée par le SPLC comme l’un des plus grands « groupes ouvertement hitlériens » du pays. Les documents auxquels BBC News World a eu accès indiquent toutefois que Stern a déjà pris les premières mesures pour « réformer » le groupe. Une lettre datée de janvier indique que Stern, maintenant président, a demandé le changement d’adresse et viré les représentants légaux du groupe, dont l’avocat Elmer Woodard, le visage juridique de la suprématie blanche aux États-Unis.

Un autre document judiciaire désigne J. Stern comme représentant dans une action civile alléguant que le MNS faisait partie des organisations qui ont causé des « dommages émotionnels et économiques » à des dizaines de personnes lors de la manifestation « Unite the Right » néo-nazie, tenue en 2017 à Charlottesville, en Virginie et qui provoqué la mort d’une femme. En tant que président, il a d’abord demandé très officiellement à un juge de Charlottesville de déclarer le groupe coupable de conspiration en vue de commettre des actes de violence au cours de la manifestation.

En gros, James Stern aurait réussi un coup d’État au cœur de cette organisation raciste.

Jusqu’à ce week-end, ni Stern ni Schoep ne se sont exprimés publiquement sur le sujet. BBC News World a tenté de les contacter, mais n’a obtenu aucune réponse.

Cependant, sur une page Facebook qui semble appartenir à James Stern, on peut lire cette phrase énigmatique :  « Je vais faire la déclaration la plus effrayante depuis l’affaire du Flambeau du Mississippi en 1964 », évoquant ainsi l’assassinat de militants noirs.

 Qui est James H. Stern ?

James Hart Stern, né en 1965 à Moreno Valley, en Californie, est un révérend protestant, défenseur des droits de l’homme. Il dirige également une « organisation progressiste et internationale luttant pour le changement social et la réconciliation raciale ».

Selon le SPLC, il était connu depuis plusieurs années pour avoir dissous une branche du Ku Klux Klan (KKK).

L’actuel chef du groupe néo-nazi a en fait publié en octobre dernier un livre intitulé « Le Mississippi est toujours en flammes », dans lequel il décrit le processus par lequel il a mis fin à la cellule de l’organisation suprémaciste.

En 2010, Stern, qui a purgé cinq ans de prison pour une sombre histoire d’escroquerie au préjudice des services postaux fédéraux, partageait une cellule avec Edgar Ray Killen, un gourou du Ku Klux Klan, qui avait été identifié comme responsable de la mort en 1964 de trois militants noirs. Après sa libération, curieusement, Killen a signé une procuration à Stern lui donnant le droit de gérer ses terres et tous ses biens. Stern s’en servit plus tard pour supprimer l’antenne du KKK dont faisait partie le suprémaciste.

Ce n’était pas la première fois qu’un Noir s’est impliqué dans des organisations d’extrême droite. Il y a notamment l’histoire vraie de Ron Stallworth, un policier qui a réussi à infiltrer le KKK à Colorado Springs, à la fin des années 1970. Il a également infiltré une organisation révolutionnaire noire dans le cadre d’un programme de contre-espionnage du FBI. Il a été le premier policier et inspecteur afro-américain au sein de la police de Colorado Springs. En 1979, Stallworth a remarqué une annonce dans le journal local à propos d’une recherche de membres pour commencer un nouveau chapitre du Ku Klux Klan à Colorado Springs, il y répond en se disant blanc et raciste : « J’ai écrit une petite lettre en me faisant passer pour un raciste blanc : j’expliquais que je détestais les nègres, les youpins, les latinos, les jaunes et les ritals ». Puis il a appris que l’homme qui fondait le nouveau chapitre était un soldat de Fort Carson. Stallworth s’est arrangé pour rencontrer l’homme dans un bar local et a envoyé un responsable des stupéfiants en civil, afin d’enregistrer toutes les conversations, pour le remplacer à la réunion. Le subterfuge a été un succès et Stallworth a continué de se faire passer pour un membre du KKK pendant les neuf mois suivants, parlant généralement au téléphone avec d’autres membres et envoyant l’officier blanc à sa place lorsque des réunions en personne étaient nécessaires. Après la clôture de l’enquête sur le Ku Klux Klan, Stallworth garda le secret et ne révéla à personne son rôle. Il a été muté au département de la sécurité publique de l’Utah, où il a travaillé comme enquêteur pendant près de 20 ans et a pris sa retraite en 2005.

En 2018, le film BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan est inspiré par sa vie et son début de carrière [Voir plus bas la bande annonce du film].

Qu’est-ce que le NSM ?

NSM a été créé dans les années 1970 sous le nom de Mouvement national socialiste des travailleurs américains pour la liberté. Dès le début, l’association se revendique des nazis et de Hitler. Très rapidement, c’est devenu l’une des structures néo-nazie les plus actives des États-Unis.

Le groupe est connu pour sa participation à des manifestations en uniformes rappelant les soldats allemands nazis et à l’organisation de diverses réunions et manifestations, ainsi que de défilés à différentes périodes de l’année notamment à Détroit. Jeff Schoep, était le chef de l’association raciste depuis 1994, il ne l’a enregistrée que 10 ans plus tard en tant qu’organisation à but non lucratif. Et, selon Stern, sa proximité avec Killen a éveillé sa curiosité.

En février 2017, James Stern a annoncé publiquement sur son blog qu’il rencontrerait le « commandant du plus grand groupe de suprémacistes blancs du monde » pour discuter de certains changements.

Dans une interview accordée au Washington Post vendredi dernier (01/03), le révérend a déclaré que Schoep l’avait contacté en janvier dernier pour lui demander conseil sur le procès intenté à Charlottesville et ses éventuelles implications financières. Selon les déclarations du révérend, Schoep a également déclaré qu’il se sentait méprisé par ses partisans et exclu du mouvement nationaliste blanc.

Sur les sites de réseaux sociaux utilisés par les membres des partis néo-nazis et consultés par la BBC News World, les participants ont formulé plusieurs commentaires négatifs à propos de Schoep et du cours qu’il donnait à l’organisation. Certains ont même mentionné que NSM connaissait une guerre interne entre ses dirigeants. Stern aurait alors vu une opportunité et aurait proposé à Schoep de lui confier le contrôle de l’organisation et de son site internet. Cependant, selon le Washington Post, Schoep aurait écrit à ses partisans une déclaration « déclarant qu’il avait été dupé par Stern ».

Bien que n’étant pas reconnu comme un dirigeant parmi les néo-nazis de l’organisation de Detroit, Stern exerce déjà ses fonctions de dirigeant et a présenté au juge une requête le 28 février relative à la tragédie de Chalottesville dans laquelle il déclare : « Le Mouvement national décide de plaider coupable de toutes les actions mentionnées dans le procès intenté contre lui. Une fois ce processus terminé, il souhaite transformer le site Web du groupe en une plate-forme d’information sur ce que fut l’Holocauste ».


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344