Sélectionner une page

Une éléphante part au Brésil pour une vie meilleure

Elle aurait entre 50 et 54 ans. Mara, vieille éléphante née en Inde, a entrepris samedi un voyage qui va la mener de Buenos Aires à un sanctuaire au Brésil, où elle aura une vie meilleure, a annoncé la municipalité de la capitale argentine. Elle a passé la première partie de son existence comme animal de cirque, puis est arrivée en 1995 au jardin zoologique de Buenos Aires.

Encadré par un protocole très rigoureux, pour protéger l’animal et les équipes techniques qui assurent son transport, a été mis en place. Le voyage de Mara sera d’environ 2500 kilomètres. La pachyderme, qui pèse 5,5 tonnes, se nourrit chaque jour d’une tonne de légumes, de fourrage et de canne à sucre. Deux équipes techniques assurent le transfert. L’une appartient à l’Ecoparc de Buenos Aires et accompagnera l’éléphante jusqu’à la frontière, où une équipe envoyée par le sanctuaire brésilien la prendra en charge pour le reste du trajet. Mara a été installée dans une énorme caisse en bois construite spécialement, laquelle a été placée sur un camion à l’aide d’une grue. Sa destination finale est le Sanctuaire des éléphants du Brésil (Chapada de Guimaraes), situé dans l’État du Mato Grosso. C’est une zone de 1 200 hectares où Mara devrait finir ses jours.

Pour le voyage, l’animal a subi un petit entraînement. Elle sait monter et descendre du véhicule sans aucune appréhension. On lui a également fait passer toute une batterie d’examens. Elle est en bonne condition physique pour supporter le voyage qui durera plusieurs jours, trois ou quatre.

Née en Inde sans doute avant 1970, Mara a connu une vie mouvementée puisqu’elle a « travaillé » en Allemagne et en Uruguay avant de venir en Argentine.

Le voyage devrait durer entre quatre et cinq jours, selon le communiqué de la municipalité de Buenos Aires.

 

Le voyage vers Chapada dos Guimarães (la ville près du sanctuaire) sera divisé en différents arrêts, rn fonction des besoins de l’éléphante.

« Nous sommes tous mobilisés et émus, comme à chaque fois que nous transférons un animal », a déclaré Eduardo Macchivalli, secrétaire à l’Environnement de la municipalité de la capitale argentine. « Mara va beaucoup nous manquer, mais nous savons que c’est le meilleur destin pour elle », a-t-il ajouté.