Sélectionner une page

Mexique : la Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre des journalistes Israel Vázquez Rangel et Jesús Alfonso Piñuelas

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a appelé à la tenue d’enquêtes après les meurtres de deux journalistes au Mexique, Israel Vázquez Rangel, abattu le 9 novembre à Salamanca, ville du centre du pays dans l’État de Guanajuato, et une semaine plus tôt, le 2, Jesús Alfonso Piñuelas, assassiné dans des circonstances similaires à Cajeme, localité du Nord dans l’État de Sonora. Israel Vasquez, reporter du quotidien « El Salmantino », travaillait sur la découverte de restes humains dans l’État de Guanajuato lorsqu’il a été tué. Quant à Jesús Alfonso Piñuelas, fondateur des médias Zarathustra Press et El Shock de la Noticia, qui contribuait à de nombreux médias dont la Televisora del Yaqui et l’agence de presse ICI, il a été abattu alors qu’il circulait à moto.

Israel Vázquez Rangel (à gauche) et Alfonso Piñuelas (à droite)

« Nous déplorons la mort d’Israel Vasquez, un journaliste de Salamanque [nord-ouest de Mexico] qui a été abattu ce matin », a indiqué le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans frontières (RSF). Israel Vasquez, reporter du quotidien numérique El Salmantino, à Salamanque, travaillait sur la découverte de restes humains dans l’État de Guanajuato, connu au Mexique pour sa violence. Il est le troisième journaliste tué en moins d’un mois au Mexique et le septième cette année, selon un décompte de l’Agence France-Presse. Les autorités de l’État de Guanajuato n’ont à ce stade pas répondu aux demandes de l’Agence France-Presse de confirmer cet assassinat. « Le CPJ regrette la mort d’Israel Vazquez Rangel, un journaliste de Salamanque, qui a été abattu ce matin. C’est le troisième reporter tué au Mexique en moins d’un mois », a écrit le Comité pour la protection des journalistes. Reporters sans frontières a également condamné cet acte et a appelé les autorités mexicaines à prendre les mesures de sécurité nécessaires afin de protéger la famille et les collègues d’Israel Vazquez. « En moins d’un mois, trois journalistes ont été tués, dix-sept en six ans, sept cette année, c’est une situation très regrettable. La violence au Mexique, surtout pour les journalistes, ne faiblit pas », a déploré auprès de l’Agence France-Presse Balbina Flores, représentante de RSF au Mexique. « Je condamne les meurtres d’Israel Vázquez Rangel et de Jesús Alfonso Piñuelas. J’appelle les autorités mexicaines à prendre des mesures pour améliorer la sûreté des journalistes afin de leur permettre d’accomplir leur travail sans avoir à craindre pour leur vie. Je suis convaincue que ces deux crimes feront l’objet d’une enquête et que leurs auteurs rendront des comptes », a pour sa part déclaré Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO. Sur son site, L’UNESCO promeut la sécurité des journalistes au travers de mesures de sensibilisation mondiale, d’un renforcement des capacités, ainsi que par la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.