Ayant aboli l’esclavage en signant la Loi d’or en 1888, elle reçoit le surnom d’« Isabelle la Rédemptrice ».

Cent ans après la mort de la princesse Isabel, une demande à l’Église pour la béatification d’Isabel est en cours, tandis que des projets de loi sont examinés au Congrès pour l’insertion de son nom dans le Livre des Héros et Héroïnes de la Patrie.

La princesse Isabelle du Brésil (en portugais, Isabel do Brasil), née à Rio de Janeiro, le 29 juillet 1846 et morte au château d’Eu, en France, le 14 novembre 1921 a été princesse héritière du Brésil, régente à trois reprises (en 1871-1872, 1876-1877 puis 1887-1888) puis prétendante au trône après la chute de la monarchie.

Lorsqu’elle a fait promulguer, en 1888, la Loi Áurea, Isabel Cristina Leopoldina Augusta Micaela Gabriela Rafaela Gonzaga de Bourbon e Bragança (ouf !), plus connue sous le nom de princesse Isabel « la rédemptrice », a définitivement inscrit son nom parmi les plus importants de l’histoire nationale du Brésil. Oui, car c’est bien elle qui a fait abolir l’esclavage au Brésil.

À l’occasion du centenaire de sa mort, survenue le 14 novembre 1921, la personnalité de la princesse reflète une femme extrêmement religieuse (engagée, croyante et fidèle) tout en étant spirituelle, lettrée, optimiste, autoritaire et qui cherchait à faire reconnaître qu’elle était apte à régner.

Pendant la période d’exil, le comte et la comtesse d’Eu partageaient leur temps entre leur résidence à Boulogne-sur-Seine (Boulogne-Billancourt) et le château d’Eu, en Normandie. Sur cette carte figurent les signatures du comte et de la comtesse d’Eu, entre autres.

Fille de Dom Pedro II et de Teresa Cristina de Bourbon, la princesse impériale ne devient définitivement l’héritière présumée de l’Empire qu’après le décès prématuré de ses deux frères et sœurs masculins : l’aîné Dom Afonso Pedro, mort à l’âge de deux ans, et Dom Pedro Afonso, mort à l’âge de deux ans. Pedro Afonso, qui est décédé à l’âge d’un peu plus d’un an.

Comme Dom Pedro II pour être son successeur, la princesse impériale, comme son géniteur, aimait la lecture, les sciences, la chimie et la photographie.

« Dom Pedro II était un conservateur, comme son grand-père Dom João VI, mais Dona Isabel ressemblait davantage à son grand-père Dom Pedro I, qui était un homme au caractère bien trempé et d’un tempérament fougueux. Comme elle était une femme, elle était très bridée dans la société dans laquelle elle vivait et à son époque, elle était la seule à faire de la politique » – explique l’historien Bruno da Silva Antunes de Cerqueira, co-auteur du livre Alegrias e Tristezas : estudos sobre a autobiografia de D. Isabel do Brasil, avec l’historienne Fátima Argon.

La trajectoire de la princesse est documentée par les Archives du Sénat, à Brasília. Les documents vont des félicitations aux inquiétudes et montrent que de nombreux parlementaires n’envisageaient pas que le commandement définitif de l’Empire soit entre les mains d’une femme.

En août 1850, les deux chambres du Parlement se réunissent au palais du Sénat pour la séance de reconnaissance de la princesse impériale comme successeur de son père, Dom Pedro II, sur le trône et à la couronne du Brésil. Dix ans plus tard, le jour de son 14e anniversaire, elle prête le serment, devant l’Assemblée générale, d’héritière présomptive de l’Empire, dans lequel elle assure « de maintenir la religion romaine catholique apostolique, d’observer la constitution politique de la nation brésilienne et d’être obéissante aux lois et à l’Empereur ».

Parce qu’elle une femme…

Dans sa dix-huitième année, la princesse doit faire face aux préparatifs de son mariage avec le prince franco-allemand Louis Philippe Maria Ferdinand Gaston d’Orléans, le comte d’Eu.

« Parce qu’elle était une femme, les sénateurs et les députés, qui étaient absolument machos, pensaient que son mari serait le responsable », explique l’historien Antunes de Cerqueira.

En mai 1871, la proposition d’accorder l’autorisation à l’Empereur de quitter le pays pour se rendre en Europe en raison de l’état de santé de l’Impératrice est approuvée par la Chambre et transmise au Sénat. Cette autorisation légale appelle, en l’absence de Dom Pedro II, la gouvernance par la princesse impériale, pour la première fois, en tant que régente. Ce qui a donné lieu à des débats en séance plénière du Sénat, le président du Conseil des ministres (Premier ministre), le sénateur Visconde do Rio-Branco (BA), défendant la proposition : « La raison est très utile et impérative : la santé de Sa Majesté l’Impératrice. (…) Nous pensons cependant qu’il n’y a aucune raison de craindre qu’une absence aussi courte du chef de l’État puisse mettre en danger la nation brésilienne ».

Le sénateur J. M. Figueira de Mello (CE) a non seulement défendu le départ de l’empereur, mais a également ratifié pleinement et entièrement les attributions de la princesse en tant que modérateur et chef du pouvoir exécutif.

Ainsi, le 19 mai, le consentement a été accordé à l’empereur. Le lendemain, Dona Isabel prête son serment de régente devant l’Assemblée générale. C’est au cours de cette première régence que la princesse devient, à l’âge de 25 ans, la première sénatrice du Brésil, titre qui lui est assuré par la Constitution de l’Empire.

La fin de l’esclavage aux États-Unis, en 1865, a renforcé l’esprit abolitionniste au Brésil, où l’on a craint pendant de nombreuses années une guerre civile en raison du retard pris par l’abolition.

Libérale, la princesse soutient fermement les partisans de l’abolition de l’esclavage et appuie ainsi le combat de nombreux jeunes politiciens et artistes. Avec sa cassette personnelle, la princesse impériale va jusqu’à soutenir l’artisanat d’anciens esclaves et appuie également le quilombo de Leblon. Un quilombo est une communauté sédentaire de Noirs marrons, autrement dit d’esclaves en fuite ou émancipés.

Dans un premier temps, au début des années 1870, Isabel a poussé au vote de la loi disant que, désormais, les femmes asservies donneront naissance à des enfants libres. La princesse impériale, qui est enceinte, prononce son premier discours devant l’Assemblée générale, félicitant les parlementaires de l’extinction progressive de l’élément servile.

Mais il aura fallu plus d’une quinzaine d’années avant que l’esclavage soit totalement aboli.

Avec le départ de Pedro II en Europe pour des recommandations médicales, à l’âge de 40 ans, la princesse impériale entame la troisième et dernière régence en juillet 1887, une période marquée par la croissance du mouvement abolitionniste. Avec son soutien, de nombreux projets pour la fin de l’esclavage ont été présentés à la Chambre et au Sénat.

En tant que président du Conseil des ministres, le baron de Cotegipe (chef de file du mouvement esclavagiste) s’efforce de retarder les réformes qui aboutiraient à l’abolition de l’esclavage. Cette période est également troublée par l’insubordination militaire dans l’armée brésilienne.

En avril 1888, la princesse impériale elle-même a ordonné, lors d’une cérémonie au Crystal Palace, la libération des derniers esclaves de la municipalité de Petrópolis.

Puis elle a renvoyé tout le cabinet et a nommé le conservateur pro-abolition João Alfredo Correia de Oliveira comme nouveau président du Conseil des ministres.

Lors de l’ouverture de la session législative de mai 1888, en plus de traiter des questions chères au Brésil (telles que la sécurité publique, l’état de santé du pays, l’éducation, les recettes publiques et l’organisation militaire ), la régente impériale n’a pas manqué de souligner l’aspiration à la fin de l’esclavage.

Elle a appelé les parlementaires à ne pas hésiter “à effacer de la loi sur la patrie la seule exception qui y figure en antagonisme avec l’esprit chrétien et libéral de nos institutions”.

Un stylo plume en or pour une Loi d’Or

Très vite, le 8 mai, le bureau de Correia de Oliveira a transmis à la Chambre des députés le projet de loi pour l’extinction complète de l’esclavage au Brésil. Bien accueilli par les deux chambres, le projet de loi a été approuvé par les députés deux jours plus tard. Lorsqu’elle est parvenue au Sénat le 11, une commission spéciale a été constituée pour présenter son avis sur la proposition.

Le dimanche 13 mai 1888, trois jours seulement après la délibération du texte abolitionniste à la Chambre des députés, le Sénat approuve la proposition, qui est sanctionnée au Palais impérial quelques heures plus tard par la princesse régente, acclamée Isabel la Rédemptrice.

Sans pouvoir agir publiquement en faveur de l’abolition jusqu’en janvier 1888, lorsqu’elle pourra exprimer son adhésion à la cause déjà diffusée à l’échelle nationale, la princesse Isabel agit en secret – comme en 1886, lorsqu’elle empêche la destruction du Quilombo do Leblon, donc deux ans avant l’abolition complète de l’esclavage.

Finalement, la Loi d’Or est définitivement promulguée le 28 septembre 1888. La Loi d’Or (Lei Áurea) est signée par la princesse Isabel avec un stylo plume en or spécialement fabriqué pour l’occasion.

Un peu moins d’un an après l’abolition, la monarchie brésilienne s’effondre pour faire place à une dictature républicaine. Le matin du 17 novembre 1889, la princesse Isabel et sa famille sont contraints de quitter secrètement le Brésil. Cependant, avant de partir, elle déclare : « Mil tronos eu tivesse, mil tronos eu daria para libertar os escravos do Brasil ». 

« Si j’avais eu mille trônes, j’aurais donné mille trônes pour libérer les esclaves du Brésil ».