Encore une attaque du Cartel

Mexique : Des engins explosifs improvisés tuent quatre policiers et deux civils dans une embuscade tendue par un cartel de la drogue

Quatorze autres personnes sont blessées après l’explosion de sept engins improvisés lors d’un attentat perpétré par un groupe criminel organisé à Tlajomulco, dans l’État de Jalisco.

Le bilan de cette tragédie est de six morts et douze blessés qui sont actuellement soignés dans les hôpitaux de la région, a déclaré Enrique Alfaro, le gouverneur de Jalisco, l’un des États les plus violents du Mexique. Parmi les morts, on compte trois employés du bureau du procureur général, un employé de la police municipale et deux civils, ainsi que 12 blessés. Ce meurtre survient après que les autorités ont déployé une opération spéciale le 14 juin pour faire face à la violence dans la municipalité de Jalisco où l’on a découvert le plus grand nombre de tombes clandestines.

Quatre policiers et deux civils ont été tués par des bombes placées sur une route dans l’ouest du Mexique. Selon les autorités, il s’agit d’une embuscade tendue par un cartel de la drogue.

L’attentat perpétré mardi en fin de journée semble marquer la première fois que des criminels mexicains ont réussi à prendre pour cible des membres des forces de l’ordre à l’aide d’engins explosifs improvisés (EEI), dernier exemple en date du défi militaire effronté que posent les groupes criminels organisés dans le pays.

Luis Méndez, procureur général de l’État de Jalisco, a déclaré que les explosions dans la commune de Tlajomulco étaient si puissantes qu’elles ont laissé des cratères sur la route, détruit au moins quatre véhicules et blessé 14 autres personnes. Le gouverneur de l’État de Jalisco, Enrique Alfaro, a déclaré que le piège avait été tendu lorsqu’un appel anonyme avait donné à un groupe de recherche bénévole un faux tuyau sur un supposé site funéraire clandestin.

Lorsque le convoi de police accompagnant l’équipe de recherche est passé devant le lieu de l’embuscade, sept engins placés sur la route ont explosé simultanément. Une huitième bombe n’a pas explosé.

Des enfants touchés

Méndez a indiqué que les deux civils décédés se trouvaient dans un véhicule qui passait par hasard à proximité de l’endroit où les EEI ont explosé, et a suggéré que les bombes ont pu être déclenchées à distance.

Il a précisé que 12 des blessés étaient également des civils, dont trois enfants âgés de 9, 13 et 14 ans. Il a précisé que certains des blessés étaient dans un état grave.

« Il s’agit d’une attaque terroriste brutale », a déclaré M. Alfaro lors d’une conférence de presse mercredi, imputant les décès à un cartel de la drogue dont le nom n’a pas été révélé. Il a indiqué qu’il suspendait temporairement les escortes policières pour les recherches de volontaires afin d’assurer la sécurité des civils.

« Il s’agit d’un acte sans précédent qui montre ce dont les cartels de la drogue sont capables », a écrit M. Alfaro sur ses comptes de médias sociaux. “Cette attaque représente également un défi ouvert au gouvernement mexicain à tous les niveaux.

 Au moins 110 000 disparitions

Plus de 110 000 personnes ont disparu au Mexique ces dernières années, et plus de 40 000 personnes ont été portées disparues depuis l’entrée en fonction du président actuel, Andrés Manuel López Obrador, en 2018.

Les tentatives de recherche des disparus incombent souvent à des groupes de volontaires composés de parents de disparus, qui reçoivent parfois des informations anonymes sur d’éventuels lieux de sépulture. Ces groupes sont souvent eux-mêmes pris pour cible et se déplacent fréquemment sous escorte de policiers lourdement armés.

Le cartel de Jalisco lutte depuis des années contre le gang local des Viagras, également connu sous le nom de United Cartels, pour le contrôle de la région. Ces combats se sont caractérisés par l’utilisation de tranchées, de casemates, de voitures blindées de fabrication artisanale et de drones modifiés pour larguer de petites bombes.

Rubén Ortega, membre de l’Observatoire de la sécurité et de la justice de l’Université de Guadalajara (UdeG), souligne que l’utilisation d’engins explosifs par les groupes criminels donne à la société l’impression que l’administration n’a pas réussi à les combattre.

Sources : El País (Mexico), El Universal.