Pérou : les Wari, une civilisation qui s’organisait grâce à la bière

La civilisation Wari a prospéré dans les régions côtières et montagneuses de l’ancien Pérou entre – 450 et 1200. Basés à leur capitale Huari, les Wari ont exploité avec succès les diverses régions qu’ils contrôlaient pour construire un empire administré par des capitales provinciales reliées par un vaste réseau routier. Leurs méthodes de maintien d’un empire et d’un style artistique auraient une influence significative sur la civilisation Inca ultérieure.

Les Wari étaient également des agriculteurs doués et ils construisirent des canaux pour irriguer les champs en terrasses. La stabilité économique et la prospérité qui en ont résulté ont permis aux Wari de mettre en œuvre une stratégie combinant puissance militaire, avantages économiques et images artistiques distinctes afin de forger un empire dans l’ancien Pérou. Leur gestion des terres les a également aidés à résister à la sécheresse qui a duré 30 ans et qui, à la fin du 6e siècle, a contribué au déclin des civilisations voisines de Nazca et de Moche.

Une équipe d’archéologues a récemment mis au jour une brasserie qui jouait un rôle essentiel au sein de la société qui l’a construite.

Dans un article publié dans la revue Sustainability, les archéologues expliquent avoir découvert au cœur de la cordillère des Andes, au Pérou, une brasserie datant d’il y a environ 1 000 ans. À cette époque, la région était habitée par les Huari ou Wari, originaires de la région andine d’Ayacucho et qui s’est étendue de la côte jusqu’à la forêt de Cusco, qui ont finalement laissé place aux Incas.

La nouvelle découverte provient du Field Museum, où des anthropologues et des archéologues ont démontré qu’un accès stable et fiable à la bière avait permis de maintenir l’unité de ces sociétés anciennes. Les recherches portent sur une ancienne brasserie péruvienne du temps de l’empire Wari. L’empire de Wari était une formation politique basée autour des régions côtières et montagneuses de l’ancien Pérou. L’empire a finalement cédé sa place à l’Inca. Les chercheurs ont examiné la composition de la bière et l’origine des matériaux utilisés pour la fabrication des récipients. Ils affirment que, à mesure que les sociétés apprenaient les méthodes de production pour fabriquer, stocker et vendre de la bière, cela influait fortement sur le développement de la société.

La brasserie, qui servait également de lieu de consommation du breuvage brassé se situait à la limite du territoire Wari, près de celui de la civilisation Tiahuanaco, et aurait donc joué un rôle diplomatique très important pour l’organisation et la prospérité des uns et des autres.

« Il est probable que ce site fut donc dédié aux rencontres et discussions diplomatiques entre les élites de ces deux groupes, explique Peter Eeckhout, archéologue et chercheur à l’Université libre de Bruxelles. Selon les récits des premiers missionnaires chrétiens qui ont pu, quelques centaines d’années plus tard, assister à ce type de réunions, il s’agissait de véritables beuveries ».

« La bière contribuait à une organisation politique complexe »

Découvert il y a maintenant une vingtaine d’années, le site archéologique n’a été identifié que récemment comme étant un endroit consacré à la production et à la consommation de « chicha », une sorte de bière légère. Patrick Ryan Williams, l’un des archéologues, explique : « Cette découverte nous aide à comprendre comment la bière contribuait à façonner une organisation politique complexe ».

La bière est un facteur qui peut en surprendre plus d’un, mais cette boisson alcoolisée a été d’une grande importance, selon les chercheurs.

Le principal type de bière produite était une boisson légère et acide appelée chicha, qui restait stable et consommable pendant environ une semaine. La courte durée de vie de cette bière a été un autre facteur de renforcement de la communauté autour de l’acte de boire. Les gens devaient venir à la taverne pour boire, la bière ne pouvait être exportée dans d’autres régions. La bière n’était pas seulement bue socialement. La consommation a également joué un rôle essentiel dans les rituels ainsi que dans les réunions politiques, ce qui montre à quel point la consommation de bière est devenue de plus en plus importante pour la société Wari. S’adressant à National Geographic, Patrick McGovern du Musée d’archéologie et d’anthropologie de l’Université de Pennsylvanie (qui n’a pas participé à la recherche) explique comment les résultats « démontrent une fois de plus à quel point les anciennes boissons fermentées étaient essentielles aux communautés humaines du monde entier ».

Les chercheurs ont également étudié les techniques de production de la bière précoce, en notant que les ingrédients étaient locaux et typiques de la région péruvienne, y compris l’utilisation de baies de poivre. Ces baies sont très rustiques et poussent même en période de sécheresse, ce qui signifie que la continuité de l’approvisionnement en bière était un facteur important pour les sociétés anciennes. La décision de fabriquer de la bière à partir d’ingrédients disponibles même lorsque d’autres cultures ont échoué est considérée comme un autre facteur ayant contribué à la création d’une structure sociale autour du brassage et de la consommation de bière. Les résultats sont publiés dans la revue Sustainability, avec le document de recherche intitulé Approches archéométriques de la définition de la gouvernance durable : traditions de Wari Brewing et construction de relations politiques dans le Pérou antique.

La capitale, Huari (25 km au nord d’Ayacucho moderne), est située à une altitude de 2 800 m et s’étale sur 15 kilomètres carrés. Elle a d’abord été installée vers 250 de notre ère et a finalement atteint une population d’environ 70 000 personnes à son apogée. Huari présente des caractéristiques typiques des Andes. Épaisses parois, structures rectangulaires qui peuvent être divisées en un labyrinthe de compartiments. Les murs sont massifs (jusqu’à 10 mètres de haut et 4 mètres d’épaisseur) et construits en utilisant en grande partie des pierres brutes assemblées avec un mortier de boue. Les bâtiments avaient deux ou trois étages, les cours étaient bordées de bancs de pierre encastrés dans les murs. Les sols et les murs des bâtiments étaient généralement recouverts de plâtre et peints en blanc.

Il y a peu de distinction dans l’architecture Wari entre les bâtiments publics et privés et peu de preuves d’urbanisme. Un palais royal a cependant été identifié dans la partie nord-ouest de la ville, sa plus ancienne zone d’habitation, appelée Vegachayoq Moqo. Un temple maintenant en ruine était situé dans l’enceinte de Moraduchayuq, au sud-est de la ville. Il a été construit au 6e siècle de notre ère et avait des parties souterraines avec la structure entière peinte en rouge.

Des tombes ont été excavées à Huari. Elles contiennent de beaux exemples de textiles Wari. La céramique fait également partie des trouvailles sur le site. Une tombe royale a été découverte dans la zone de Monjachayoq, composée de 25 chambres sur deux niveaux différents, toutes bordées de dalles de pierre finement taillées.

La ville semble avoir été abandonnée vers l’an 800 de notre ère pour des raisons inconnues.

Un autre centre important de Wari était Pikillacta, au sud-est de Huari. Situé à une altitude de 3 250 m, le cœur de ce site de peuplement administratif et militaire a été construit sous une forme rectangulaire de 745 x 630 mètres et est agencé selon un motif géométrique précis.

Les autres villes importantes du Wari sont Viracochapampa, Jincamocco, Conchopata, Marca Huamachuco et Azangaro. Il y avait aussi des sites purement militaires tels que le fort de Cero Baul, qui bordait le territoire de Tiwanaku au sud. Ces sites étaient reliés aux sources d’eau et les uns aux autres par un système de routes.

L’héritage Wari

Bien que les causes exactes du déclin du Wari ne soient pas connues, les théories vont d’une extension excessive de l’empire à une nouvelle période de sécheresse prolongée au 9e siècle de notre ère.

L’héritage le plus durable des Wari est leur style artistique, qui a non seulement influencé le Moche contemporain, mais également la civilisation Lambayeque et, plus tard, les Incas. Un grand nombre des routes construites par les Wari ont également été utilisées par les Incas dans le cadre de leur propre réseau routier, de même qu’un grand nombre de terrasses de Wari pour l’agriculture. La capitale de Huari a été pillée dans l’Antiquité et à nouveau au 16e siècle de notre ère par les Espagnols.

Redécouvertes au milieu du XXe siècle de notre ère, les premières fouilles ont commencé dans les années 1940 et se poursuivent aujourd’hui, révélant peu à peu la richesse et le pouvoir dont jouissait jadis l’une des plus importantes de toutes les anciennes cultures andines.

 


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (1) in /home/clients/4d8f6e923fcdc7504c50f44cb7090e7e/web/wp-includes/functions.php on line 4344