Sélectionner une page

Mexique : encore deux militants écologistes assassinés

Ils défendaient les papillons monarque (orange et noir)

 

 

Deux militants qui luttaient pour la préservation des papillons monarque ont été retrouvés morts à quelques jours d’intervalle. Les écologistes et les ONG locales accusent les cartels de les avoir assassinés.

 

Le corps de Raul Hernandez, 44 ans, a été retrouvé roué de coups samedi 1er février, rapporte la BBC. Deux jours plus tôt, le Mexique enterrait Homero Gomez, dont le corps avait été repêché au fond d’un puits deux semaines après sa disparition. Le premier était guide dans la réserve naturelle d’El Rosario, une réserve de biosphère de papillons monarques ; le second était responsable de cet extraordinaire sanctuaire. Sa famille a déclaré qu’avant sa disparition, le militant avait reçu des menaces l’avertissant d’arrêter sa campagne contre l’exploitation forestière illégale.

Il était un militant infatigable pour la conservation du papillon monarque et des forêts de pins et de sapins où il hiberne. Le sanctuaire qu’il a géré a ouvert ses portes en novembre dans le cadre d’une stratégie visant à mettre un terme à l’exploitation forestière illégale dans la région, qui est un habitat clé pour l’espèce. Les autorités ont d’abord déclaré que son corps ne présentait aucun signe de violence, mais un examen post mortem a révélé qu’il avait subi un coup à la tête avant de se noyer dans le puits.

Le sanctuaire d’El Rosario, espace protégé de l’État du Michoacan et classé depuis 2008 au patrimoine de l’humanité de l’Unesco, offre un endroit où ces papillons orange, assez fascinants, peuvent terminer leur migration. Pour médiatiser sa cause, Homero Gomez postait souvent des vidéos de lui sur les réseaux sociaux, entouré d’une nuée orange et noire, invitant à découvrir le sanctuaire par de l’écotourisme et appelant à la préservation de l’environnement.

La lutte pour la préservation de l’habitat des papillons monarques dérange certains intérêts mafieux : comme l’explique le Monde, la culture intensive d’avocat, nouvel « or vert » du Mexique, participe à la déforestation. Or, ce business lucratif (2,1 milliards d’euros par an selon l’association mexicaine des producteurs d’avocats) présente un intérêt certain pour les cartels de drogues, qui y voient l’occasion de diversifier leur activité, entre rackets des producteurs, lancement de leur propre exploitation, parfois dans le but de blanchir de l’argent. Les cartels sont également à l’origine d’un trafic de bois, auquel s’opposent les militants écologistes.

Quelle est la particularité du papillon monarque ?

Les scientifiques ont été fascinés par les papillons orange et noirs en raison des vastes distances qu’ils parcourent chaque année pour hiberner au Mexique — la plus longue migration de tout insecte.

Les chercheurs ont découvert que les papillons utilisent une sorte de boussole solaire interne pour les guider pendant leur vol du Canada et des États-Unis vers la même zone à la frontière entre le Michoacán et l’État du Mexique chaque année.

Une fois qu’ils atteignent les flancs des montagnes des forêts de sapins oyamel de cette région, ils se regroupent pour rester au chaud. Des dizaines de milliers de papillons peuvent être vus sur un seul arbre, créant un spectacle coloré qui est devenu un attrait pour les touristes.

Mais les écologistes ont averti que l’exploitation forestière illégale pose un risque majeur pour ces forêts et les papillons qui passent les hivers ici.

Le taux de meurtres au Mexique a augmenté ces dernières années et les chiffres officiels suggèrent que 2019 avait le taux le plus élevé jamais enregistré, avec 34 582 homicides enregistrés. Beaucoup seraient perpétrés par des gangs criminels qui tuent quiconque pourrait nuire à leurs activités illégales, qui vont du trafic de drogue et d’êtres humains à l’extorsion, l’exploitation forestière et l’exploitation minière.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a réagi à l’annonce de la mort d’Homero Gomez, la qualifiant de « lamentable » et « douloureuse ».

Selon Amnesty International, 12 militants écologistes ont été tués sur les neuf premiers mois de 2019. L’ONG Global Witness classait de son côté en 2018 le Mexique au sixième rang des pays les plus dangereux pour les militants écologistes.

 

Tout savoir sur le papillon monarque sur ce site canadien (en français)